Le capitalisme ? C’est le vol !

Le « bonneteau » est un jeu illicite qui se joue(ait) sur les marchés avec un pion et trois gobelets. On cache le pion sous un gobelet. On déplace rapidement les gobelets, et on demande où, sous quel gobelet, est le pion. C’est toujours celui qui tient le gobelet qui gagne. Et bien le capitalisme c’est pareil. C’est ce que les banquiers et les financiers européens (et donc français) ont oublié ! Mais dans le bonneteau, le policier arrête celui qui manipule les gobelets. Ici on aide le manipulateur de gobelet à poursuivre « le jeu », et à continuer de spolier la masse des salariés !

Car, dans tout système, la richesse vient du travail des hommes et des femmes.

Le système capitaliste n’existe que pour aspirer vers une minorité, la plus grande part des richesses produites par le travail humain.Pour cela , il y a d’abord, les pressions sur les salaires en faisant en sorte qu’ils soient le plus bas possible par rapport aux prix. Il y a la lutte contre « les charges », c’est à dire une part du salaire (Ce qu’on appelle « charges » n’en sont pas ! c’est du salaire différé, c’est à dire des sommes qu’on touchera en différé, lorsque l’on sera malade ou en retraite).

Il y a ensuite l’organisation de monopoles, de groupes et de cartels d’entreprises, pour empêcher la libre concurrence (tout en disant qu’ils sont « pour »). Plus les salariés se concurrencent et plus la part de richesse qui est aspirée vers les exploiteurs est importante ! Car s’ils sont pour la concurrence, c’est pour la mise en concurrence des salariés, pas celle des exploiteurs.

Et, ensuite, il y a tout un arsenal financier (prêts, cautions, assurances, etc.), et d’impositions (TVA, etc.), pour poursuivre l’extorsion de la plus value.

Enfin il y a la guerre, stade suprême de l’exploitation, stade suprême du vol organisé !

Aujourd’hui, après avoir aspiré les richesses produites, et les avoir dilapidées, ils proposent de se faire rembourser par l’Etat (c’est à dire par vous !) pour pouvoir recommencer !

Heureux?

C’est quand qu’on fait la Révolution !

[ Reprise de l’ancien site, date de publication initiale antérieure ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*