14-18 : “On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels”

Superbe documentaire sur la guerre 14-18. J’ai particulièrement apprécié la partie sur la propagande de guerre, et la diabolisation des chefs adverses (exemple: Guillaume II).

Cela m’a immédiatement fait penser à la manière dont hier, dans l’émission 28 minutes sur Arte, deux prétendus experts bellicistes s’en sont pris à Poutine et Bachar El Essad, à propos de la guerre en Syrie: leur speech sonnait tellement faux !

« Mais pourquoi n’y a-t-il pas de manifestations en Europe, contre la guerre en Bosnie? » s’interrogera Élisabeth Quin? Mais c’est simple: Après les massacres en Irak et en Libye, une majorité de gens a compris que ces guerres n’étaient pas des guerres pour la démocratie, mais pour les industriels, les banquiers et les spéculateurs !

C’est aujourd’hui la même chose en Syrie, où les puissances occidentales ont fomenté la guerre civile, non pas pour y apporter la démocratie, mais mais pour les industriels, les banquiers et les spéculateurs !

Je note, de plus, que les pays qui ont été détruits sont tous des pays qui s’étaient dotés de Républiques. Elle prônaient la laïcité à la française comme fondement de leur droit, et combattaient le fondamentalisme et l’intégrisme religieux. Les alliés des occidentaux sont, à l’opposé, des royaumes qui prônent l’intégrisme et soutiennent les terroristes. Mais ce sont de bons acheteurs d’armes en tous genres, de bons clients qui payent bien.

Dans la vidéo une phrase m’a surpris: A propos d’une plaque récemment posée au monument du Mont Kemmel, Michel Collon dit que les soldats qui sont mort là n’avaient absolument rien à dire dans la France de l’époque, « parce qu’il n’y avait pas le droit de vote« , ce qui choque au premier abord, car c’est bien évidemment une erreur. Les ouvriers et les paysans français avaient le droit de vote. Cependant, après réflexion, ce n’est que partiellement une erreur, lorsqu’on sait que les soldat africains de l’armée française (ex: Sénégalais, magrébins, etc.), très nombreux, n’avaient effectivement pas de le droit de vote, et sont morts par centaine de milliers sous le drapeau français.

Cela n’enlève donc rien au propos général de ce superbe documentaire !